السلامة الطرقية


"رموك" بالدار البيضاء يصطدم بشكل مروع بأحد المنازل ويثير الرعب لدى المارة والسائقين

شهد شارع أبي شعيب الدكالي بالدار البيضاء، صباح اليوم، حادثا مروعا كاد أن يتسبب في كارثة بعدما فقد سائق السيطرة على شاحنة من (التفاصيل...)

هجوم مجرمان مسلحان على سائق سيارة متوقفة بحاجز أمني وشرطي يضطر لإطلاق النار لصد الهجوم

اضطر موظف شرطة يعمل بولاية أمن طنجة، مساء الجمعة لاستخدام سلاحه الوظيفي في تدخل أمني، لتوقيف شخصين كانا على متن سيارة، رفضا الامتثال (التفاصيل...)

النشرة البريدية

الكلمات الدليلية:

لا يوجد كلمات دليلية لهذا الموضوع

قيم هذا المقال

0
الرئيسية | خارج الحدود | Déconfinement : les taxis ont retrouvé seulement 40% de leur clientèle

Déconfinement : les taxis ont retrouvé seulement 40% de leur clientèle

Tiffany n'a retrouvé que 40% de la clientèle de son taxi à Saint Saturnin Les Avignon © Radio France - Philippe Paupert

 

Le déconfinement n'a pas eu d'effet sur l'activité des taxis. Huit syndicats de taxis demandent le maintien de l'aide gouvernementale de 1.500 euros accordée aux travailleurs indépendants "jusqu'au retour de l'activité touristique en France". Cette aide avait été accordée jusqu'à fin mai. 

En Vaucluse, les artisans-taxis estiment qu'ils ont retrouvé seulement 40% de leur clientèle. Mais ils s'inquiètent sérieusement pour leur chiffre d'affaires, car ils ne transportent plus de touristes et les personnes âgées redoutent désormais de prendre un taxi pour les déplacements à l'hôpital ou chez un médecin. 

Clients méfiants et touristes absents

À Saint Saturnin-les-Avignon, elle conduit avec le sourire derrière son masque. Mais Tiffany perd ce sourire quand elle regarde son chiffre d'affaires : "c'est la reprise, on ne peut pas dire le contraire, mais pas du tout comme avant. Les gens sont méfiants, inquiets. On transporte beaucoup de personnes âgées. Elles vivent avec la peur au ventre, quitte à ne pas aller se faire soigner et donc à ne pas se déplacer en taxi."

Elle a retrouvé 40% de sa clientèle seulement. Alors elle demande que l'aide du gouvernement soit prolongée : "ça ne suffit pas. Le chiffre d'affaires était tombé à zéro pendant le confinement". Il a fallu mettre deux employés au chômage technique et Tiffany Aparicio redoute l'été car "les touristes ne sont pas là, surtout les touristes étrangers qui font vivre les taxis dans les petites villes de Vaucluse."

Pas de reconnaissance du gouvernement pour le lien des taxis

Au volant de son taxi, Tiffany juge déplore le manque de reconnaissance du gouvernement pour les taxis : "on transportait des personnes pour des chimiothérapies ou des dialyses et on a pas été reconnu ! Les pharmaciens n'avaient pas le droit de nous vendre des masques. je trouve ça aberrant"

Avec le déconfinement, Tiffany reconnait que "les transports médicaux ont été décalés donc on a retrouvé un peu de notre beurre" Elle insiste sur l'importance d'un taxi dans le lien social d'une petite commune : "les patients qu'on transporte pour les dialyses, on leur propose de s'arrêter prendre le pain. C'est un lien qui se créé avec des gens que le taxi transporte souvent jusqu'au bout de leur vie. Nos clients ne sont pas des colis. C'est de humain. Et c'est l'humain qui doit primer dans de telles circonstances.Tiffany n'a retrouvé que 40% de la clientèle de son taxi à Saint Saturnin Les Avignon"

الآراء الواردة في التعليقات تعبر عن آراء أصحابها وليس عن رأي الموقع

الإشتراك في تعليقات نظام RSS تعليقات الزوّار (0)

المجموع: | عرض:

أضف تعليقك

نشرة الأخبار


واش صحاب الطاكسيات غينخرطو في القانونين 15/98 و15/99 اولغيتسنوا قانون اخر يخرج ديال الحماية الاجتماعية

يعتبر الضمان الاجتماعي حقا من حقوق الإنسان و أنه و انطلاقا من  ترابط حقوق الإنسان وتكاملها فان إعمال الحق في الضمان الاجتماعي يكفل الظروف

ضيف طاكسي بريس


سنتان ونصف لشيفور " طاكسي صغير " بالصويرة امتهن الوساطة في الدعارة في زمن كورونا

قضت الغرفة الجنحية التلبسبة بالمحكمة الإبتدائية بالصويرة، مطلع الأسبوع الماضي، بسنتين ونصف في قضية سائق "الطاكسي" من الصنف الثاني، من أجل الوساطة في

تواصــل معنــا

صورة بدون تعليق