السلامة الطرقية


انفجار الإطار وتعطل مثبت السرعة.. كيف تتعامل مع أصعب المواقف أثناء القيادة؟

هناك نصيحة غريبة في عالمنا العربي تتعلق بالقيادة مفادها بأن الشخص عليه أن يقود «عن نفسه وعن الاخرين».. بمعنى أن الالتزام بالقوانين والقيادة (التفاصيل...)

أمن الرباط يتحرك للتحسيس بأهمية السلامة الطرقية

نظمت ولاية أمن الرباط، في إطار برنامج تحسيسي وتوعوي بشراكة مع المديرية الإقليمية لوزارة التربية الوطنية والتكوين المهني والتعليم العالي والبحث العلمي بالرباط، (التفاصيل...)

النشرة البريدية

الكلمات الدليلية:

لا يوجد كلمات دليلية لهذا الموضوع

قيم هذا المقال

0
الرئيسية | خارج الحدود | Les organisations de VTC demandent au gouvernement «d'appliquer la loi»

Les organisations de VTC demandent au gouvernement «d'appliquer la loi»

Une centaine de chauffeurs VTC se sont rassemblés devant le ministère des Transports à Paris pour dénoncer «les pressions des plateformes» pour un report de l'échéance. Ces derniers entendent protester contre le délai de trois mois supplémentaires, annoncé vendredi par la ministre, pour obtenir le statut de chauffeur VTC. La ministre des Transports, Elisabeth Borne, a reçu les acteurs du secteur du transport de passagers. A l'issue de cette réunion, un porte-parole du ministère a annoncé que «certaines modalités de mise en oeuvre de la loi» seront «précisées d'ici demain».

Il s'agit de la loi Grandguillaume de décembre 2016 qui visait à assainir le secteur en obligeant les chauffeurs à obtenir le statut de chauffeur avant le 31 décembre 2017 pour faire du transport individuel. Il leur faut pour cela réussir l'examen commun VTC-taxis ou obtenir une équivalence s'ils justifient d'un an d'activité. Or la ministre propose d'accorder trois mois supplémentaires aux chauffeurs de VTC pour obtenir ce statut.

Ce répit de trois mois est «inadmissible», «Mme Borne a plié face aux lobbies de la FFTPR», a réagi Helmi Mamlouk, du syndicat FO-Capa-VTC, en rappelant qu'un «délai de 12 mois avait déjà été accordé» aux Loti pour effectuer leur transition. «Nous avons patienté un an pour que la loi soit appliquée (...), on veut que le métier soit assaini et qu'il n'y ait plus que deux manières de travailler: VTC ou taxis, de façon honnête et décente», a ajouté le représentant syndical en réitérant la demande d'un «tarif minimum» pour les VTC.

Si un délai était confirmé, ce syndicat envisage «grève et blocage» pendant les fêtes. «La seule solution, c'est les blocages», a également lancé Sayah Baaroun (SCP VTC, ex Unsa), lassé de mois passés à «papoter». Ce dernier a dénoncé un «racisme d'Etat», accusant le gouvernement de traiter «différemment les patrons qui ont la bonne tête et nous, petits patrons de merde de la banlieue».

«On espère que la ministre respectera les engagements pris (sous le précédent quinquennat) concernant la création d'un tarif minimum», seule manière d'arriver à «un abaissement des tensions dans le secteur», a pour sa part commenté Fabian Tosolini (CFDT). Le syndicat souhaite que la loi Grandguillaume soit «applicable et appliquée» et a demandé l'ajout, si nécessaire, d'une session d'examen supplémentaire en fin d'année pour «laisser une chance» aux chauffeurs Loti voulant devenir VTC. Les syndicats dénoncent par ailleurs un «recul» de la ministre sur la question d'une tarification minimum des VTC, dossier qu'elle conditionne à un «bilan» dans six mois de «l'équilibre» du marché des taxis et VTC.

» LIRE AUSSI - LOTI, VTC, AMT... Ce qui se cache derrière ces sigles

D'après une étude du cabinet BCG menée pour le compte d'Uber, près de 14.000 Loti seraient dans l'impossibilité d'obtenir leur carte VTC avant fin décembre, sur 16.600 chauffeurs. Un chiffre que réfutent les syndicats de chauffeurs. Selon le représentant SCP-VTC Sayah Baaroun, «80% des demandes d'équivalence dans plusieurs préfectures interrogées sont des ambulanciers ou des chauffeurs de car».

الآراء الواردة في التعليقات تعبر عن آراء أصحابها وليس عن رأي الموقع

الإشتراك في تعليقات نظام RSS تعليقات الزوّار (0)

المجموع: | عرض:

أضف تعليقك

تواصــل معنــا

صورة بدون تعليق